background img

Comment rester objectif lors du processus de recrutement ?

Dans le processus de recrutement, on se doit de rester objectif. Tous les recruteurs n’ont pas la même notion de l’objectivité, autrement dit, il est difficile pour eux de vraiment mettre de côté leurs préférences personnelles. Comment parvenir à faire un recrutement juste ? On vous dit tout dans cet article.

L’objectivité dans le recrutement

Être objectif, c’est faire un jugement sur une personne en se basant sur des faits. Dans l’objectivité, on ne tient pas en compte sa personnalité, ses préférences et son vécu personnel. Dans le recrutement, le recruteur doit alors mettre de côté son avis en tant que personne. Il ne doit pas engager une personne parce que cette dernière a des enfants à charge.

A lire en complément : Quels sont les nouveaux métiers de demain ?

Face à des candidats, le recruteur doit redoubler d’efforts pour ne pas tomber dans la subjectivité, car celle-ci peut remettre en cause son évaluation. Pour ne pas vous tromper dans votre choix, vous pouvez faire appel à une structure externe pour bénéficier de prestations RH.

Ne pas se faire une image du candidat idéal

Lorsqu’on est dans le métier de la vente, on a tendance à croire que le meilleur candidat pour un poste est celui qui a la parole la plus facile, celui qui a une belle image ou encore celui qui sait le mieux vendre. Certes, ce sont des critères à considérer dans ce secteur, mais ce ne sont pas non plus les critères primordiaux. Une personne qui ne parle pas beaucoup peut être un bon vendeur, car il a une bonne force de persuasion, ce qu’on ne verra pas forcément au premier abord.

A découvrir également : Quelles sont les spécificités du travail à temps partiel ?

Lors du recrutement, pour évaluer le candidat, on doit se pencher sur son parcours académique et professionnel. Il est à rappeler toutefois qu’un candidat sortant d’une grande école ou un candidat ayant plusieurs années d’expériences professionnelles ne rime pas forcément avec un travail de qualité. C’est pour cette raison qu’on doit voir ses compétences réelles ainsi que ses réussites factuelles.

Pas de place à l’intuition et au ressenti

Les recruteurs n’ont pas non plus un siècle pour bien choisir un candidat. Certains se laissent alors guider par leur intuition ou par leur ressenti pour prendre une décision. On est bien là dans une forme de subjectivité. Pourtant, un recrutement fait dans la subjectivité peut conduire à l’échec de tout le processus, de par le fait que vous n’avez peut-être pas recruté le bon candidat.

Sachez que si les candidats s’aperçoivent que vous accordez un traitement de faveur pour l’un d’entre eux, et ce, même si vous avez fait ce petit geste inconsciemment, vous pouvez vous exposer à des poursuites pénales. Dans ce cas, on peut évoquer des raisons d’ordre de la discrimination. Ceci dit, le recruteur doit être le plus droit possible face à tous les candidats et les traiter de la même façon.

À éviter pour rester objectif

Pour la plupart des recruteurs, la question sur « les points forts » des candidats est une question qui se pose souvent. Ces réponses peuvent vous faire tomber dans la subjectivité, car on a tendance à choisir inconsciemment un candidat qui a les mêmes points forts, le même parcours académique ou professionnel que soi.

Comparer les candidats entre eux pour prendre une décision peut aussi écarter l’objectivité dans le processus du recrutement. Chaque candidat est différent et on ne peut pas se permettre de comparer leurs prestations. Pour un poste, une femme n’est pas si meilleure qu’un homme. La comparaison ne doit se faire que lorsqu’elle est basée sur des critères factuels bien précis. Vous pouvez donc établir un questionnaire pré-défini pour évaluer les candidats.

Catégories de l'article :
Travail