Connecting to LinkedIn...

W1siziisimnvbxbpbgvkx3rozw1lx2fzc2v0cy9dyxjlzxjucm90dgvyiezsl2pwzy9iyw5uzxitmi1uzxcuanbnil1d

Les expats français veulent-ils revenir en France ?

W1siziisijiwmjavmdmvmdmvmtcvntyvmjavnjkxl3ryyxzlbcayllboryjdlfsiccisinrodw1iiiwiodawedy1mfx1mdazyyjdxq

Aujourd’hui, le nombre de Français vivant à l’étranger se situe aux alentours de 2,5 millions alors qu’ils n’étaient qu’environ 1 million en 2000. L’Europe est le continent qui attire la majorité des français expatriés, le Royaume-Uni se place en première position des destinations, suivi par la Belgique et l’Allemagne. Les salariés et les jeunes de moins de 25 ans représentent la part la plus importante des expatriés, ils se disent prêts à sauter le pas, tout quitter pour vivre et travailler à l’étranger.

Il existe beaucoup de raisons qui peuvent motiver les français à s’installer hors de l'hexagone. Les opportunités professionnelles sont l’un des principaux moteurs de cette aventure, l’apprentissage d’une nouvelle langue, la découverte d’une nouvelle culture ou suivre son conjoint en sont d’autres. Enfin, l’envie d’une meilleure qualité de vie ou tout simplement bousculer la routine peuvent en faire rêver plus d’un.

Mais, l’expatriation n’est pas une chose facile pour tout le monde ! Chacun se fait son propre avis, la durée de l’expatriation diverge selon les expats et surtout selon leurs expériences. Certains n’envisagent pas de revenir s’installer en France, alors que d’autres songent à un retour rapide.

 

Un retour en France envisageable  

 

  • Un gros besoin de rentrer, de se ressourcer 

L’expatriation n’est pas vécue de la même manière par tout le monde, certaines personnes souhaitent rentrer volontairement alors que d’autres se voient dans l’obligation de rentrer.

Effectivement, certains expats ne vivent pas très bien l’expatriation et souhaitent rentrer en France le plus tôt possible. Ceci peut s’expliquer par plusieurs raisons. Chacun ne vit pas son expérience d’expat de la même manière, les personnalités et les attentes des individus ne sont pas les mêmes. Certaines personnes ressentent le mal du pays, ont des difficultés à trouver leur place dans un nouveau pays et à s’adapter à une nouvelle culture. Il est vrai que partir vivre à l’étranger signifie s’aventurer dans l’inconnu et bien que très excitant au départ, il arrive parfois que ce nouveau mode de vie soit trop brutal. La nouvelle culture dans le pays d’adoption peut créer un choc culturel et rendre la nouvelle vie stressante. De même, pour certains, leurs racines françaises et leurs familles leur manquent grandement et ils ressentent le besoin de rentrer. D’autres facteurs tels que les conditions de vie (protection sociale, les libertés…) qu’offrent la France peuvent être une source de motivation pour revenir en France pour certains expats.

 

  • Dans l’obligation de rentrer en France

D’autres au contraire, alors que tout se passe bien dans le pays d’adoption, doivent dans certaines circonstances écourter leur expatriation. En particulier pour des raisons familiales (santé, décès, divorce), des raisons professionnelles, ou autres. Le retour à la vie dans l’hexagone est vécu comme une rupture brutale. Ce retour n’était ni prévu ni désiré. Ils sont obligés de rentrer en France « de force » et rapidement. Ce rapatriement se fait dans la précipitation et n’est pas préparé, de nombreux obstacles se dressent alors sur leurs voies. Par exemple, certains peuvent rencontrer des complications administratives, professionnelles et également psychologiques.

Certains expats parlent même de contre-choc culturel car des fossés se sont creusés au fil du temps dans les différentes structures de leur environnement (familiale, professionnelle, amicale). Il faut ainsi combler ces écarts et cela demande de l’énergie et de la patience. Des coups de blues ainsi que des dépressions dites « post-retour » peuvent se faire ressentir. Les voyageurs ayant effectués des séjours longs rencontrent plus de difficultés à se réadapter à leur pays d’origine. La réintégration et la réadaptation ne sont pas forcément évidentes, certains expats ressentent comme un décalage avec les français restés au pays qui n’ont pas eu l’opportunité de découvrir d’autres horizons.
 

Rentrer en France n’est pas une option

 

  • Trop bien pour revenir

Au final, beaucoup d’expatriés français ne souhaitent pas revenir en France et désirent s’installer définitivement dans le pays d’accueil. Ils sont tout simplement bien et épanouis dans cette nouvelle vie. L’expatriation leur offre une multitude d’opportunités et d’expériences qu’ils n’auraient pu avoir en France et qui permettent d’enrichir leurs parcours et leurs CV. Certains peuvent se voir offrir un meilleur poste, une meilleure rémunération, un meilleur cadre de travail. Par exemple en Irlande, si vous possédez un bon niveau d’anglais, vous pouvez bénéficier d’excellentes opportunités professionnelles. En Allemagne, les salaires dans les secteurs de la chimie, de l’automobile ou de l’informatique sont très intéressants comparés à la France. De même, il est possible en Allemagne de travailler dans certains secteurs tels que l’hôtellerie, la restauration, la sécurité ou encore l’entretien si vous n’avez pas de diplôme, chose plus compliquée en France. Au Portugal, vous pouvez bénéficier d’un coût de la vie parmi les plus bas d’Europe.

 

Toutefois, les expatriés établis hors de France n’oublient pas pour autant d’où ils viennent. Effectivement, bien que la France ne leur manque pas, il leur semble primordial d’exercer et de transmettre la culture française. Ils restent très attachés à la citoyenneté française.